parallax background

L’authentique Laos en trois temps : Luang Prabang, Vang Vieng et Thakhek

Dans la gueule du dragon : Parc aquatique abandonné au Vietnam
18 janvier 2018

L’authentique Laos en trois temps : Luang Prabang, Vang Vieng et Thakhek

par Antoine
 
Au cours de notre Road Trip en Asie, nous avions prévu de passer deux semaines au Laos : grave erreur. Le pays mérite beaucoup plus de temps et nous avons regretté de n’y n’être restés que brièvement. Des paysages à couper le souffle et des personnes hautement authentiques forment le cocktail savoureux de ce délicieux pays. Voici mon carnet de voyage en trois temps.
 
En venant du Vietnam, nous sommes rentrés au Laos par le poste de Nậm Cắn. Le passage à la frontière se fait plus sereinement que chez son voisin cambodgien. On nous a quand même demandé un petit supplément « pour le personnel ». L’attitude des militaires à la frontière est à l’image des laotiens dans leur ensemble : très calmes, un peu lents, pas désagréables… mais pas plus agréables avec les touristes non plus. C’est certainement ce qui m’a le plus plu chez les laotiens. Ils ne te considèrent pas plus que les autres et ne vont pas bousculer leur rythme pour faire plaisir aux étrangers, même friqués. Une fois le visa tamponné, nous sommes retournés dans le bus direction… Luang Prabang.
 
P1020214

Les routes en direction de Luang Prabang

 
Pendant le voyage, les paysages sur les routes serpentées sont magnifiques. Je n’arrive pas à décoller mes yeux des vitres du bus. On peut y voir quelques rares villages sur le bord des chemins. Les habitants semblent authentiques. Je vois des personnes habillées de façon très sommaire au milieu des vaches, poules, chats et chiens en liberté. J’ai également pu voir plusieurs habitants attendant devant une minuscule cabane sans toit. Le tuyau d’arrosage au-dessus me laisse à penser qu’il s’agit de la douche communale. Après plusieurs heures de trajet, nous arrivons à Luang Prabang.
 
Instant culture sur les Hmongs
Les habitants des villages que j’ai aperçus font partie des communautés Hmong. On les trouve particulièrement dans les montagnes du nord du pays. Ils sont 300 000 au Laos et sont arrivé il y a 200 ans de Birmanie, du Tibet et de Chine. Leur mode de vie est resté rudimentaire et traditionnel. Vous pouvez en savoir plus si vous allez au Traditional Arts and Ethnology Centre à Luang Prabang.
 

Luang Prabang

Nous avons eu de grosses difficultés pour trouver un hébergement. La ville connaît une forte croissance touristique et les hôtels et Guest House sont souvent pris d’assaut. Luang Prabang est une ville charmante et calme, partagée en deux par la rivière Nam Khan. Le cours d’eau se traverse par de magnifiques ponts en bois éphémères (détruits par l’eau en période de mousson). La ville se visite facilement en une journée malgré les 32 temples qui s’y trouvent. Beaucoup se ressemblent et n’ont pas d’intérêts à être visités. Par contre, les somptueux temples Wat Xieng Thong, Wat Sene et le magnifique Wat Mai sont incontournables. On rencontre énormément de moines en tenue orange sur notre route. Ils sont en général très jeunes et difficilement abordables. Il n’est pas rare d’entendre des prières qui font penser à des chants dans les temples. Laissez-vous tenter d’entrer à l’intérieur, sans oublier d’enlever vos chaussures et en veillant à ne faire aucun bruit. Au-delà des visites, nous avons adoré nous promener dans les rues de cette charmante ville. On sent une atmosphère paisible à Luang Prabang. L’odeur de pain chaud provenant des petites boulangeries françaises sont des plus agréables.
 
P1020223

Aucune explication

 
 
Nous n’avons pas de conseils à donner sur les Guest House (la nôtre était fort rudimentaire et chère…) ou sur des restaurants (on n’en pas fait) mais on vous recommande de manger sur les étalages du marché de nuit. Ils ont tous une formule de légume à volonté à 15 000 kips (1,50€) et proposent une viande ou du poisson cuits sous vos yeux pour pas beaucoup plus. Il y a également des sandwichs délicieux pour les repas sur le pouce. Une promenade sur le vaste marché de nuit est un incontournable à Luang Prabang. Vous trouverez forcément votre bonheur si vous êtes à la recherche de souvenirs de votre voyage. Nous avons passé une soirée à l’Utopia Bar qui se trouve dans une ruelle un peu caché. On vous recommande ce bar si vous voulez rencontrer des backpackers et boire une bière dans une ambiance festive. Nous avions eu de très mauvais échos des cérémonies de l’Aumône. Les processions des moines bouddhistes semblent attirer une horde de touristes prêts à tout pour avoir une bonne photo. La cérémonie a lieu tous les matins à 6h00 mais nous n’avions pas envie d’être les témoins de l’incivilité de quelques vacanciers impolis (et puis, 6h… c’est tôt).
 
 
Kuang Si : Ours noirs et cascade
Après avoir visité la ville le premier jour, nous avons loué un scooter avec un couple d’amis. Le lieu à voir absolument à côté de Luang Prabang c’est le parc forestier de Kuang Si. Il est situé à 30 km de Luang Prabang et vous pouvez vous y rendre en Tuk Tuk (pour un peu plus cher) si vous n’aimez pas le scooter. Une fois au parc, nous avons payé 20 000 kips chacun (environ 2€) pour entrer. La visite commence par la découverte des nombreux ours noirs asiatiques. Prisés pour la vertu curative de leur bile, ils ont tous été sauvés du braconnage agressif et particulièrement odieux dont ils étaient victimes. La suite de la visite nous emmène sur les fameuses chutes d’eau bleue cristalline. Le chemin pentu nous emmène de cascades en cascades jusqu'à la plus grande en fin de parcours. Sur le passage, nous nous arrêtons pour plusieurs baignades dans une eau magnifiquement bleutée. Lorsque vous vous posez par endroit, quelques poissons viennent déguster les peaux mortes de vos pieds et ça chatouille terriblement. L’endroit est magnifique et nous ne pouvons que vous recommander d’y aller si vous vous rendez au Laos un jour.
 
 
 
 

Vang Vieng

Notre deuxième destination est un lieu dont on nous avait parlé depuis longtemps. La petite ville de Vang Vieng a la réputation d’être l’eldorado des fêtards occidentaux. En 2012, le gouvernement Laotiens a pourtant fait fermer les bars qui longeaient la rivière Nam Song suite aux nombreux décès par noyade due aux excès de drogue et d’alcool. Ils ont également instaurés un couvre feux pour faire cesser les abus durant la nuit. On ne va pas vous cacher que nous étions curieux de savoir comment été devenu Vang Vieng. La ville semble toujours fidèle à sa notoriété, mais elle est bien plus qu’une destination de fête.
 
P1020376

la rivière Nam Song qui borde Vang Vieng

 
Le trajet entre Luang Prabang et Vang Vieng est plutôt épique. Les chemins sont en très mauvaises état mais c’est surtout la brume qui rendait la visibilité quasi nulle parfois. Un trajet stressant de 5 heures pour arriver à l’entrée de la ville. Comme souvent en Asie du sud-est, les bus nous déposent en bord de ville pour que vous soyez obligé d’avoir recours au TukTuk. Malheureusement pour eux, nous avions notre outil magique : l’application MAPS.ME (GPS de voyageur). Nous avions donc vite compris la supercherie, le centre de Vang Vieng se trouvait à 1km. Nous avons donc marché pour rejoindre les Guest House. Vous n’aurez pas de mal à en trouver une sur la route sans avoir besoin de réserver avant sur un site contrairement à Luang Prabang.
 
Que faire à Vang Vieng
Je suis vraiment tombé amoureux de cette ville et surtout de ses environs. Nous avions loué un scooter durant les trois jours de notre séjour. C’est un des meilleurs moyens d’explorer les magnifiques grottes et lagon autours de la ville. Une entreprise propose également des minis véhicules qui ressemblent un peu à des quads. Il y a énormément de grottes à aller voir mais je vous conseille de faire la grotte Tham Poukham. Elle se situe juste à côtés du lagon 1 (le plus proche de la ville). Elle est immense et très dangereuse sans lampe et sans bonnes chaussure (sol glissant). C’est un vrai labyrinthe sombre qui nécessite un bon sens de l’orientation. Si vous préférez une grotte plus safe, je vous conseil Tham Chang Cave. Elle est éclairée et la signalétique évite toutes confusions de chemin. Je vous déconseille la grotte à côtés du lagon 3 (je ne connais pas le nom). Elle est difficile d’accès et habité par des serpents peu recommandable (de source non sur). Nous avons fait demi-tour malgré quelques tentatives pour y entrer.
 
P1020377

L'entrée de Tham Chang Cave

 
P1020388

La Tham Poukham Caves peut être très dangereuse

 
Les blues lagoon 1, 2 & 3 sont à peu près sur la même route. La plus éloigné étant à 50 minutes de la ville en moto sur des chemins de terre rouge bordé de paysage splendide. Les lagons de Vang Vieng sont des bassins naturels d’un bleu très clair qui sortent de la montagne et rendent l’eau très fraiche. Elles peuvent être payantes mais nous avons parfois réussi à ruser pour entrer sans payer. Il y a des attractions comme des plongeoirs, tyroliennes, du tubbing etc… L’idéal pour se rafraichir après une excursion dans les grottes.
 
P1020408

Les rafraîchissantes blues Lagoon

 
P1020453

Magnifique paysage sur la route des lagons

 
 
Nous avons également fait l’ascension du mont Pha Ngeun qui se trouve sur le même chemin que les lagons (décidément). L’entrée est à 10000 kips (1,00€) avec une place de parking. La randonnée est très sécurisée (avec des rambardes sur les endroits dangereux) et bien balisé. On ne va pas vous mentir, c’est dur mais une fois en haut, c’est magnifique. Vous avez un point de vue sur la région avec les rizières et les montagnes autours de la ville.
 
P1020498

Du haut du mont Pha Ngeun

 
 
Vang Vieng by night
Le soir, Vang Vieng est une ville très animé. Beaucoup de fêtards occidentaux affluent dans les bars et les boites de nuit. Les rhums-Fanta ou whiskies-Coca sont généralement offert en début de soirée dans beaucoup d’établissement. Ce geste n’a rien de généreux, il vise surtout à vous alcooliser en vue de vous faire consommer plus d’alcool ou de drogue. Dans le centre-ville il n’est pas rare de trouver des panneaux qui indiquent la vente de champignon hallucinogène sous forme de cocktail, omelette ou autre. Il y a aussi des snacks qui proposent les happy pizzas : comprenez pizzas au cannabis. A partir de 23h00-minuit, les bars commencent tour à tour à fermer. Ils sont généralement suivis des boites de nuit. Il y a des petits restaurants pour manger dans la ville. Ils n’ont en général rien d’extraordinaire. Le marché et les vendeurs ambulants vendent des sandwichs qui vous remplissent bien l’estomac sans être mauvais. On a cherché des spécialités culinaires Laotienne à Vang Vieng mais nous n’avons rien trouvé. Enfin, il y a une petite boulangerie idéal pour des bons petits déjeuné à la française qui s’appelle « Luang Prabang Bakery »
 

Thakhek

Pour finir notre petit périple Laotien, nous voulions faire un road trip de quatre jours en moto dans la nature luxuriante du Laos. Il existe un certain nombre de parcours dans le pays pour faire ce genre d’escapade. Après plusieurs lectures de blog, nous avons choisis Thakhek. La ville en elle-même n’a rien de très originale. Elle se situe à la frontière avec la Thailand séparé par le Mékong. Thakhek est surtout la rampe de lancement et la destination finale des « Loopers » (nom des touristes qui font la boucle en moto).
 
Nous arrivons à Thakhek de nuit aux alentours de 2h00 du matin. Le trajet était très agréable avec un vrai bus couchette ou nous avions un lit deux places pour dormir. Je crois que c’était le meilleur trajet de bus de ma vie mais il s’est interrompu brutalement quand le chauffeur a hurlé « Thakhek » « Thakhek ». Le problème c’est qu’une fois arrivé à destination, en dehors de la ville comme d’habitude, nous n’avions rien réservé pour passer la nuit. On nous avait dit que l’heure de notre arrivé serait au petit matin mais là c’est pas le petit matin. Trois sexagénaires français nous ont proposé de les suivre en Tuk Tuk à l’hôtel qu’ils avaient réservé pour tenter d’avoir une chambre. Une fois à l’hôtel, le réceptionniste, à moitié réveillé, semblait exaspéré par nos compatriotes qui ne faisaient aucun effort pour communiquer avec lui (certain n’ont pas compris que le Laos n’est plus une colonie française). Malgré ça, il nous a trouvé une chambre à un prix très correct et nous avons exprimé nos regrets quant à l’attitude de nos compagnons d’un soir. La Guest s’appelle « KGB Guest House » et était classique, sans plus mais pas très chère.
 
Nous arrivons à Thakhek de nuit aux alentours de 2h00 du matin. Le trajet était très agréable avec un vrai bus couchette ou nous avions un lit deux places pour dormir. Je crois que c’était le meilleur trajet de bus de ma vie mais il s’est interrompu brutalement quand le chauffeur a hurlé « Thakhek » « Thakhek ». Le problème c’est qu’une fois arrivé à destination, en dehors de la ville comme d’habitude, nous n’avions rien réservé pour passer la nuit. On nous avait dit que l’heure de notre arrivé serait au petit matin mais là c’est pas le petit matin. Trois sexagénaires français nous ont proposé de les suivre en Tuk Tuk à l’hôtel qu’ils avaient réservé pour tenter d’avoir une chambre. Une fois à l’hôtel, le réceptionniste, à moitié réveillé, semblait exaspéré par nos compatriotes qui ne faisaient aucun effort pour communiquer avec lui (certain n’ont pas compris que le Laos n’est plus une colonie française). Malgré ça, il nous a trouvé une chambre à un prix très correct et nous avons exprimé nos regrets quant à l’attitude de nos compagnons d’un soir. La Guest s’appelle « KGB Guest House » et était classique, sans plus mais pas très chère.
 
Le lendemain, nous partons à la recherche de notre bolide pour les quatre prochains jours. A Tahkhek il y a un loueur de moto mythique du nom de « Wang Wang ». Il est spécialisé dans la location pour les Loopers avec des motos automatiques et semi-automatique. Nous avons pris un scooter 125 cc automatique pour 100000 kips la journée (10,34€) mais les semis automatiques sont à 70000 kips par jour (7,24€). Nous avons payé pour 4 jours mais si vous dépassez, vous payez les jours de plus sans surplus. Attention à bien choisir son casque, le mien n’était pas terrible. Monsieur Wang propose aussi de garder les affaires encombrantes jusqu'à votre retour.
 
P1020539

Rosenn sur notre bolide

 
Jour 1 : grotte et baignade
La boucle se fait assez bien malgré des portions de route en très mauvaise état. Nous nous sommes arrêtés à la première grotte qui se présentait à nous. Pha Inh Caves n’est pas très bien indiqué mais elle en vaut la peine. Le parking se fait à côtés de ce qui semble être une école. Les gosses nous demande d’ailleurs de l’argent pour garder la moto mais nous refusons gentiment (règle importante : ne pas donner d’argent aux enfants). La grotte est étroite et difficile d’accès au début mais une fois à l’intérieur elle est géante. L’eau aquarelle donne envie de se baigner mais nous passons notre tour. Surtout penser à prendre des lampe torche ou frontale car il n’y a pas de lumière à l’intérieur. Après plus d’une heure de visite, nous partons direction Tham Nang mais nous n’y allons pas en raison de son prix et des avis mitigés sur internet. Notre prochaine destination est Thalang ou nous passerons la nuit. Il faut faire vite car il n’y aura peut-être pas assez de logement pour tous. Sur la route nous contemplons les paysages qui alternent entre montagnes, plaines vertes et lac aux arbres morts. On s’arrête un instant à un endroit qui n’est pas sur les cartes des Looper pour se détendre. Ça sera la bonne surprise de la journée car après un peu de marche à travers des rochers, nous trouvons sur notre chemin un petit lagon. Le plongeoir naturel que forme les rochers autours nous permette des sauts impressionnant. Après cet instant rafraichissant, nous reprenons notre route pour arriver à Thalang dans les temps.
 
P1020506

Pha Inh Caves est bien caché, mais vaut le détours

 
P1020529

les lacs d'arbres morts

 
Sabaidi Guest House : barbecue, pétanque et bungalow
Il n’y a que deux endroits pour dormir à Thalang. Au vu de sa réputation, nous avons choisis la Sabaidi Guest House. On est accueilli par des français et canadien que nous avions rencontrés à Thakhek. Nous choisissons notre bungalow parmi les trois restants et nous rejoignons le groupe de Looper. Il faut que je vous dise une chose très importante, la plus part des Loopers sont des français (du moins francophone) et on s’en rend bien compte à la Sabaidi Guest House avec une ambiance camping de chez nous. Les liens se font très rapidement. On discute de nos découvertes de la journée en enchainant les Beer Lao (marque de bière laotienne) et on joue à la pétanque. Je crois que s’est un de mes meilleurs souvenirs d’Asie. Nous retrouvons aussi nos trois sexagénaires de la nuit précédente. La Guest House propose un délicieux barbecue à volonté et plutôt bien garnit. J’ai fini la soirée assez tard à refaire le monde et à regarder des « strip tease » (l’émission hein) avec un couple de « révolutionnaire » français. Comptez 50 000 Laks la nuit en bungalow (5,00€) et 40 000 Laks le barbecue (4,00€). Je ne peux que vous recommander cet endroit exceptionnel. La soirée était riche en rencontre et ma nuit de sommeil fut très courte. Le lendemain matin, après un gros petit déjeuné composé entre autres de petit pain choco maison (décidément on est en France) proposé par le chef des lieux, nous repartons sur les routes Laotiennes.
 
P1020547

Découverte rafraîchissante avec un énorme plongeoir naturel

 
Jour 2 : Toujours grotte, toujours lagon
Sur la route nous nous arrêtons pour admirer les majestueux temples de Lak Sao (entrée gratuite). Nous retrouvons des Loopers rencontrés la veille et nous décidons de continuer ensemble notre chemin. Nous visitons donc notre prochaine grotte à 5. La dragon Cave nous a surpris par son intrigante profondeur. Après de longues minutes de marche dans le sable et dans l’obscurité, elle se termine par un mur de rocher abrupte qui mène à l’extérieur. Pensant que nous pouvions rejoindre l’entrée, nous l’avons escaladé avec difficultés et succès… mais en vain car une fois en haut, on ne peut plus continuer…demi-tour. Nous finissons notre journée au « Cool Spring » pour nous rafraichir. Il s’agit d’un grand lagon ou le sport national des baigneurs laotien est de se pousser dans l’eau. Après plus d’une heure de barbotage, nous décidons de rejoindre Konglor. La dernière portion de route est en très mauvaise état. C’est un chemin de terre rouge poussiéreux. Nous rencontrons également des ponts précaires et d’immenses troue de boue ou d’eau. J’ai connu ma deuxième chute en scooter dans l’une d’entre elle (sans gravité). Konglor est un petit village Laosien qui, malgré le tourisme des Loopers, semble être resté authentique. Pour dormir, vous aurez le choix entre plusieurs Guest House (un peu chère) sans avoir besoin de réserver. Nous sommes allés à Enjoy Boy qui propose des Bungalows pour 120000 Kip sans repas (12€). Il y a un petit bui bui qui fait à manger à côtés, nous avons passé la soirée avec des français (encore) autours de quelques bières.
 
 
P1020587

Les cool spring avant de finir la route pour Konglor

 
Jour 3 La géante Konglor Cave
Le matin, le seul endroit pour déjeuner était rempli de monde. Je vous laisse imaginer de quelle nationalité était les 90% de client du restaurant. Après un bon repas nous partons en direction de la fameuse Konglor Caves qui se trouve à 1km au bout du village. L’entrée du parc est de 2000 Kips (0,20€) et pour visiter la grotte, vous devez prendre une pirogue et avoir un guide pour 100000 kip (10,00€) pour minimum 3 personnes. Nous visitons la grotte sur 7,5 km en pirogue. Il faut parfois sortir de l’eau et pousser la pirogue quand la profondeur de l’eau n’est pas suffisante. Ça taille est impressionnante (100 m de hauteur) et malgré les frontales, ils nous aient parfois difficile de constater l’immensité de son intérieur. Après deux heures de visite, nous nous baignons dans l’eau fraiche qui sort de l’édifice naturel. Le parc étant un lieu protégé, une horde de poissons non craintifs nous accompagnent dans l’eau claire du bassin.
 
P1020600

L’immense grotte de Konglor

 
Après trois jours intenses, nous décidons de faire demi-tour et de revenir à Sabaidi Guest House pour notre dernière nuit. Nous sommes un peu fatigués et je suis un peu barbouiller. La dernière portion de route pour finir la boucle n’est pas indispensable selon plusieurs sources. La soirée dans la Guest House sera encore une fois géniale. Pétanque et barbecue conviviale entre français. Le lendemain, nous avons visité des villages hors des sentiers battus pour constater de la vraie vie des Laotien et nous sommes revenus à Thakkek tranquillement. Wang Wang nous a proposé un bus de nuit pour partir à Ventiane. En attendant le bus, nous avons passé la soirée avec les loopers rencontrés durant notre trip.
 
 

Pour conclure

Flâner dans les rues de Luang Prabang Les moments rafraîchissants dans les lagons de Vang Vieng - Les apéros gratos dans les bars « club » de Vang Vieng - La Sabaidi Guest House à Thalang, pas le plus dépaysant je vous l’accorde mais un excellent moment dans un « camping » au milieu de nulle part.
Certain touristes impolis au marché de nuit à Luang Prabang. Une personne a même pris en photo nos assiettes pendant que nous mangions. - Les enfants qui ramassent les déchets sur le marché de Luang Prabang pour se nourrir. Contraste cruel avec nous (touriste) de notre monde. - Les bus qui nous déposent à l’extérieur de la ville pour nous faire prendre des Tuk Tuk (parfois chère) pour rejoindre le centre.