parallax background

Le tour de Maurice en scooter pendant 5 jours

Les Studios d’Harry Potter à Londres !
24 mars 2019
 

Le tour de Maurice en scooter pendant 5 jours Itinéraire rapide sur une île paradisiaque

par Antoine
 
Maurice est en général l’endroit favori des touristes qui squattent les hôtels de luxe et se font bronzer le dos au soleil tropical. Sauf que nous, on n’aime pas ça… Enfin pas que ça. Nous avions décidé de ne pas se reposer sur un coin de l’ile mais d’en explorer un maximum. Malgré quelques difficultés et très peu de temps, nous avons relevé le défi. Voici mon carnet de voyage.
 
 
 
Ahahah Maurice, des plages de rêve, l’eau cristalline, des hôtels de luxe... cette île paradisiaque fait saliver les amateurs de farnienté en vacance. Venant directement de chez sa voisine la Réunion, nous n’avions que 5 petits jours pour découvrir le pays. Pour réaliser le challenge nous avions besoin de nous déplacer rapidement. On aurait pu louer une voiture mais nous avons opté pour un véhicule qu’on apprécie particulièrement : le scooter. L’agence AKD propose ce type de location avec une simplicité et une rapidité déconcertante. Ils vous attendent à l’aéroport et après le paiement et quelques signatures, vous avez votre bolide en main. Apparemment, les mauriciens ne s’embarrassent pas avec l’état des lieux du véhicule.
 

Le sud



Nous sommes arrivés assez tard de l’aéroport, nous avons dormi à quelques kilomètres dans la ville de Mahebourg. Nous avons roulez de nuit pour rejoindre notre Guest House et je peux vous assurer que roulez à droite dans le noir et dans un endroit que vous ne connaissez absolument pas n’est pas très évident. Le lendemain, Après une bonne nuit de sommeil, nous avons exploré les rues de Mahebourg à la recherche d’une prise anglaise pour charger nos téléphones. Dans cette authentique ville mauricienne aux rues étroites, les touristes se font plutôt rares. Des maisons colorées alternes avec de vieux bâtiments détruits ou en cours de construction. Le sourire est scotché au visage des mauricien que nous rencontrons sur notre chemin. Le sentiment que nous avions eu à l’aéroport se confirme : Les Mauriciens sont des gens vraiment très gentils et amicaux. Une fois la visite finie et nos achats effectués, nous sommes partis en direction de blue bay. Entre temps nous nous sommes arrêtés à la pointe d’Esny. Des villas magnifiques en face d’une belle plage désertée par les touristes. L’endroit est étonnamment calme et contraste avec la plage beaucoup plus fréquenté de Blue Bay. Pourquoi une telle différence entre les deux plages qui n’ont pas l’air si différente à première vue ? La deuxième a un avantage sur la précédente : on peut y découvrir en 10 minutes de bateau, un parc marin protéger contenant des coraux branchus et des tonnes de variétés de poissons différents. Poissons-perroquets, Idoles des Maures, demoiselles, sergents majors… nous ont accueillis lors de notre exploration en snorkeling. Un aquarium grandeur nature qu’il est difficile de quitter.
 
 
Notre étape à Blue Bay c’est terminé avec une assiette de Mine Frite. Cette spécialité mauricienne composée de nouilles sautées cuisinées avec des sauces asiatiques nous a remis en forme pour la suite de notre voyage. Nous avons pris la direction Souillac dans le sud de l’ile sous des trombes d’eau de pluie. Après 30 minutes de route, nous tombons sur le domaine saint Anbain qui marque l’entrée de la ville. Un des derniers vestiges de la colonisation française rénové très récemment et transformé en musée et restaurant. Nous avons fini notre journée par une promenade sur les bords de Gris Gris beach. Nous conseillons cette petite balade facile car en plus d’une vue magnifique, les couleurs sont étonnantes. Le vert de l’herbe pique-fesse sur la terre rouge et sur les rocher gris se mélange au beau jaune du sable et au bleu cristalline de la mer. De quoi vous transformer en poète le temps d’un coucher de soleil. Surtout assis sur le bord des falaises sous le bruit des vagues.
 
Nous avons par la suite testé le supermarché de Souillac (on adore ça) et nous nous sommes régalés avec des plats locaux au restaurant Rochester (du nom de la cascade qui l’a surplombe). Le zourite (calamar) au curry et le poisson grillé étaient délicieux. Le lendemain nous attendait une journée chargée donc pas le temps de trainer…hop hop, au lit.

Après de grande discussion avec nos hôtes, nous avions pour projet de nous rafraichir à la cascade Rocheter. Le scooter n’ayant pas des suspensions de qualité, nous avons décidé de le laisser et de continuer la périlleuse route (en très mauvaise état) vers les chutes d’eau. Malheureusement, après une petite marche des policiers nous demandent de ne pas laisser notre véhicule sur le chemin. Ils nous proposent de monter dans leur véhicule pour nous ramener à notre scooter. Pas le temps de tergiverser, tant pis pour la cascade, nous passons à la prochaine escale.
 
 
On nous avait parlé de la vallée des couleurs comme de quelques choses de magnifique. Une fois arrivé, les différentes couleurs du a son sol volcanique ne sont franchement pas si incroyable qu’on le dit. Les cascades Chamouny un peu plus hautes sont beaucoup plus impressionnantes. L’entrée est payante pour voir les deux sites. Vous pouvez même faire de la tyrolienne sur 1,5km pour un petit supplément mais on avait d’autre site à voir. Nons loin de là se trouve la Rhumerie Chamarel. L’industrie du Rhum n’est pas aussi exploitée que chez la voisine réunionnaise mais le rhum Chamarel est reconnu pour sa qualité. Nous avons visité l’exploitation et gouté la plus part des produits de la marque. Il y a même une mini piscine de rhum (on ne peut pas se baigner bien sûr). Après la dégustation, le trajet suivant est passé beaucoup plus rapidement bizarrement.
 
 
Après 25 minutes de route, nous voici au Morne Brabant. Enfin sur la plage qui l’entoure. Il s’agit d’une roche culminant à 555 mètres sur une petite partie légèrement décroché de l’ile qu’on appelle aussi le Grand Morne. Nous nous sommes baignés sur l’une des splendides plages qui entourent la montagne. Nous avons pu apprécier le spectacle d’un touriste russe tentant de débloquer l’hameçon de sa canne à pêche électrique. Ahhh c’est touriste Russe…
 
 
Instant culture sur le Morne Brabant
Un triste mythe local raconte qu’en 1835, un groupe d’esclave aurait procédé à un suicide collectif en haut du sommet du Morne Brabant en signe de résistance. Ils choisirent de mourir plutôt que de se laisser capturer en ignorant que l’esclavage venait d’être aboli quelque jour plus tôt.
 
Après un petit tour au garage pour une vidange improvisé, nous avons pris la direction de Flic en Flac. La ville est ultra touristique et franchement pas terrible. Les logements et restaurants sont chères… bref, pas grand-chose à dire sur cette partie de l’ile. Epuisé et après un restaurant en amoureux, nous sommes partie dormir dans notre Guest House. Le lendemain matin nous avons pris un énorme petit déjeuné devant la plage de Flic en Flac et direction Port Louis. La capitale est beaucoup plus authentique. Il n’y a aucun touriste dans la ville et en se promenant dans les rues et les allées du marché, on constate l’envers du décor. Maurice c’est aussi un pays avec des niveaux de vie très inégalitaire (comme beaucoup trop de pays touristique de ce type malheureusement). Le dépaysement y est total et je suis satisfait de ne pas être resté uniquement dans un cadre de carte postal. C’est aussi pour cette raison que nous faisons le tour de l’ile. A quelque pas du centre, le port de Port Louis nous emmène dans un centre commercial superficiel aux antipodes de ce qu’est la ville. Nous avons siroté un jus de fruit frais dans une ambiance et un décor totalement frivole.
 
 
Nous sommes ensuite partis dans le nord pour rejoindre la partie très touristique de l’île. Pour la fin de notre séjour nous avons voulu nous faire plaisir en prenant un bel hôtel à Trou aux Biches près de Grand Baie. L’endroit est magnifique avec des splendides plages. Les environs sont cleans par rapport au sud mais il y a beaucoup plus monde. L’eau transparente nous confirme que nous sommes bien dans le Maurice idyllique qu’on nous décrit régulièrement. Grand Baie est une ville très touristique avec beaucoup de restaurant, de bar et de club. Les plages ne sont pas forcément extraordinaire comparé aux environs. Nous avons mangé deux fois dans la ville et on est loin de la vie locale qu’on avait pu voir auparavant. Nous avons fait une excursion en catamaran sur l’ilot Gustave pour notre 4ème jour. Malgré une panne de bateau en début de trajet, nous avons pu rejoindre l’ilot Gabriel se trouvant à l’extrême nord de Maurice. En face se trouve l’ile plate avec son phare. Les deux iles ne sont absolument pas habitées. Nous avons pu explorer les fonds du récif et nager avec des tortues avant de prendre un barbecue sur le bateau. Une surexposition au soleil lors de notre sieste à l’avant du bateau nous aura un peu trop coloré la peau.
 
 
Le lendemain nous avions la matinée pour traverser l’est de l’ile. Nous sommes passés par des villages authentiques avec notre scooter. La route fut plaisante et nous a conforté dans notre choix de parcourir l’ile avec un deux roues. Nous avons fait des rallongements pour prolonger notre exploration. Nous en avons également profité pour manger les fameux Rotis (galettes salées avec du poisson, des légumes et du piment en purées) à Trou d’Eau Douce pour conclure notre court voyage.
 
Le lendemain nous avions la matinée pour traverser l’est de l’ile. Nous sommes passés par des villages authentiques avec notre scooter. La route fut plaisante et nous a conforté dans notre choix de parcourir l’ile avec un deux roues. Nous avons fait des rallongements pour prolonger notre exploration. Nous en avons également profité pour manger les fameux Rotis (galettes salées avec du poisson, des légumes et du piment en purées) à Trou d’Eau Douce pour conclure notre court voyage.
 

BUDGET



La monnaie mauricienne et la Roupie Mauricienne. 37 MUR est égale à un euro. La vie à Maurice reste relativement chère je trouve. Il y a une grosse différence entre le nord et le sud (moins touristique). Nous avons payé les prix français pour les logements et un peu moins que les prix français pour la restauration. Nous avons fait quelques achats dans un supermarché du sud fréquenté par les locaux et nous avons constaté des prix bien inférieurs (et c’est tant mieux). La location du scooter c’est fait via le site AKD et nous a couté 95€ pour cinq jours https://www.akd-locationvoiture.com/car-rental-mauritius.html

Hébergement :



Sachat Resort : Guest House sympathique proche du centre de Mahébourg et de la plage
Prix : 1089,21 MUR (28,00€)

Mauritius Holiday Guest House : Hébergement chez des Mauriciens très sympathique. Nous avons longuement discuté avec les proprios à l’image des Mauriciens : incroyablement gentil.
Prix : 933,61 MUR (24,00€)

Auberge Paille en Queue : Guest House très classique et relativement chère
Prix : 1556,02 MUR (40,00€)

Voile Bleue Boutique Hôtel : Hôtel parfais très confortable devant la plage
Prix : 3306,54 MUR (85,00€)