Bokor : La station de montagne abandonnée

URBEX rouge : série d’expéditions par ARTE
10 février 2020
Un jardin dans le désert malgache
28 mars 2020
 
 

Bokor : La station de montagne abandonnée

 
Lors de notre road Trip asiatique nous avons eu l’occasion de visiter une station de montagne un peu particulière. Bokor fourmille d’hôtel et de bâtiment abandonnés dont le Bokor Palace. Construit au prix de nombreuses vies humaines, la tragique Bokor Hill Station alterne entre abandon et projet de reconstruction.
 
Lorsque nous sommes arrivés à Kampot c’était surtout pour découvrir cette petite ville Cambodgienne au centre historique charmant. Le coin est connu pour sa plantation de poivre parmi les meilleurs du monde et ses habitants qui prônent la cool attitude. Quand nous sommes arrivés on nous a parlé de la montagne qui surplombe la petite commune Cambodgienne. Nous avons loué un scooter pour nous rendre sur ce lieu énigmatique.
 
 
Avec à peine 1000 mètres d’altitude, le mont Bokor n’est pas très haut. Sur une route flambant neuve (fait exceptionnel au Cambodge) nous grimpons le sommet en à peine 25 minutes. Sous une épaisse brume, nous arrivons sur les vestiges d’un petit village. Devant une église abandonnée au milieu de plusieurs bâtiments en ruine se trouve une vue splendide de la côte. Cette ancienne station climatique du nom de Bokor regorge de bâtisses abandonnées. Tout fut laissé à l’abandon et fait désormais office de lieu touristique très prisé des locaux. Des Cambodgiens pics niques juste à côtés des décombres d’une anciennes centrale électrique pour profiter de l’ombre de celle-ci.
 
 
 
 
 
Un peu plus haut encore trône le prestigieux Bokor Palace. Un hôtel énorme totalement abandonné mais qui semblait en cours de travaux lorsque nous sommes venus lui rendre visite. Les murs décrépis, parfois rouge, comme la couleur argileuse de la terre, donne un style au bâtiment Art déco de l’époque. Le brouillard semble avoir détérioré la carcasse de l’édifice rongé par la mousse et l’humidité du brouillard.
 
 
 
Un passé colonial peu glorieux

Dans les années 1925, les colons français qui vivaient à la capitale, Phnom Penh voulaient faire de Bokor un endroit rafraichissant. Ils ont créé des routes, un casino, une église et deux hôtels. Le chantier fut énorme et tellement éprouvant qu’il couta la vie à plus de 900 cambodgiens. L’élite française n’est malheureusement pas au rendez vous et les espérances sur l’eldorado se transforme en désillusion. Les bâtiments ne supportent pas l’humidité formé par la brume permanente. En 1940 le village promis à une ruine certaine est laissé à l’abandon. Le projet est relancé en 1962 pour obtenir le même résultat tragique. Après la fin de l’invasion Vietnamienne en 1993 les touristes découvrent le village en décomposition de Bokor.
 
 
Aujourd’hui les autorités tentent de refaire du lieux une station touristique. Bokor Palace a refait peau neuve avec une architecture coloniale nuancé. Il se dit que le touriste chinois aisé apprécie particulièrement le lieu. L’avenir nous diras si l’entêtement du gouvernement mènera une fois de plus Bokor à sa perte.