parallax background

Le curieux abandon de Ta Prohm

Un jardin dans le désert malgache
28 mars 2020
Bushwick : Le nouveau temple du graffiti New Yorkais
14 avril 2020
 

Le curieux abandon de Ta Prohm

Par Antoine
 
Au milieu d’une forêt tropicale majestueuse dans le nord-ouest du Cambodge se trouve l’un des plus beaux sites archéologiques du monde. Les temples d’Angkor sont les grands témoins de l’histoire ancestrale et mythique de l’époque Khmer. Les 40 temples qui s’y trouve sont loin d’être inconnus avec plus d’un million de visiteurs par an. Sauf qu’ici, un seul nous intéresse particulièrement. Ta Prohm est le dernier temple à ne plus faire l’objet de restauration ni même d’entretien. Mais pourquoi ce temple est-il aujourd’hui totalement laissé à l’abandon ?
 
Lors de notre séjour au Cambodge, nous avions forcément prévu quelques jours pour visiter les incontournables temples d’Angkor. Nous avons loué des vélos très tôt dans la journée pour découvrir Angkor Vat (le plus grand temple du monde) au lever du soleil. Puis, au fil de la journée, la chaleur nous écrasait mais n’altérait pas la profonde excitation que nous avions de naviguer entre chaque temple. Le site étant étendu sur une superficie de 400km2, il nous faudra plusieurs jours pour tous les visiter.
 
 
 
L’histoire d’Angkor


L’empire Khmer fondé en 802, dominait sur un grand territoire de l’Asie du sud-est pendant plus de 600 ans. Il construit sa capitale : Angkor, au milieu de la jungle tropicale du Tonlé Sap. Chaque souverain de l’époque va ériger un temple sur le site en choisissant qui il souhaite honorer. La plupart des monuments sont donc religieux (bouddhiste, hindouiste…) ou construits à la gloire de personnalités importantes de la culture Khmer. On y trouve également des structures hydrauliques dont des bassins, des digues, des réservoirs et des canaux.
 
 
 
C’est en pénétrant dans l’est du site, sur nos vélos de fortune, que nous avons découvert Ta Prohm qui signifie "grand-père Brahma" (dieu créateur de l'hindouisme). Quelques marchands ambulants vendent des foulards en tissu* et un macaque sauvage garde l’entrée. Le temps de nous rafraîchir pour ne pas fondre, nous nous lançons ensuite dans l’exploration de Ta Prohm. Nous passons par une fortification, sous le regard des Apsaras (gravures représentant des nymphes célestes) **, nous amenant sur un bois tropical puis sur une cour qui laisse entrevoir les différentes enceintes intérieures de la structure.
 
 
 
 
On perçoit bien que Ta Prohm n’est pas un temple comme les autres. Les différents chemins qui nous sont possibles d’emprunter sont tous en piteux état. Des énormes racines de Tetrameles nudiflora*** entourent les pierres comme des mains cherchant à les écraser. Certains murs ne semblent avoir pu résister lorsqu'on constate les éboulements sur le passage. On se sent vite à l’étroit au moment d'arpenter les longs couloirs nous amenant un petit peu plus au paradis du lugubre. Nous nous prenons pour Indiana Jones ou Lara Croft**** découvrant un temple abandonné. Dans les différentes cours, les fromagers (arbres avec des longues racines ondoyantes) blancs omniprésent tissent leur piège sur les dallages de grès; faisant pencher dangereusement les enceintes vers le sol.
 
 
 
 
C’est magnifique de pouvoir se balader dans cette atmosphère chaotique. Mais enfin, même si on ne boude pas notre plaisir, pourquoi une telle négligence envers ce magnifique temple ? À la différence des 39 autres monuments d'Angkor, Ta Prohm a été laissé dans un état proche de sa redécouverte au début du XXe siècle. Pourquoi ? Parce que l'École française d'Extrême-Orient en charge des restaurations à l’époque a choisi Ta Prohm comme « concession au goût général pour le pittoresque ». C’est-à-dire que l’objectif était d’empêcher toute intervention sur un des temples d’Angkor pour contraster avec les autres et ainsi pouvoir réaliser une comparaison stylistique de l’enceinte. Pour moi la comparaison est toute faite, avant qu’il ne soit avalé totalement par la végétation, Ta Prohm est le temple le plus fascinant parmi les fascinants temples d’Angkor. La sensation de remontée dans le temps est unique et nous donne l’occasion de nous prendre pour les premiers explorateurs des lieux.
 
 
* Les temple doivent être visités avec les jambes et les épaules recouvertes pour les femmes. Des vendeurs de foulards en tissu accueillent les touristes pour les recouvrir en échange de quelques dollars.
** Les Apsaras sont des divinités subalternes souvent représentées avec une gestuelle des arts de la scène. Elles sont associées à des rites de fertilité.
*** est un arbre invasif de la famille des Tétramélacées.
**** Le film Tomb Raider avec Angelina Jolie dans le rôle de Lara Croft a été tourné en partie dans le temple de Ta Prohm. .