parallax background

Bushwick : Le nouveau temple du graffiti New Yorkais

Le curieux abandon de Ta Prohm
1 avril 2020
 

Bushwick : Le nouveau temple du graffiti New Yorkais

Par Antoine
 
Berceau du Street Art, New York a vu fleurir le graffiti dans plusieurs de ses coins, depuis plus de 50 ans maintenant. Est Village, Williamsburg ou encore Soho, aucun ne rivalise aujourd’hui avec ce musée à ciel ouvert qu’est Bushwick. Le petit quartier historique de Brooklyn est une pépite qui vous en met plein les yeux, même sans être un amateur d’art.
 
Quand on va visiter New York, il vaut mieux prévoir un très (très très) bon budget. Nous on était plutôt ric rac, donc on a dormi à Brooklyn chez l’habitant et on prenait le métro pour faire les visites incontournables. Cependant, Brooklyn a également beaucoup de choses à proposer et passer un peu de temps dans le quartier vaut déjà le coup, pour rencontrer et découvrir la vraie vie New Yorkaise.
 
 
La Big Apple est devenue tellement chère que peu de New Yorkais vivent réellement sur l’île de New York. A Brooklyn, il y a une vraie ambiance avec les immeubles en brique entourés d’escaliers de secours en fer, si typiques de la ville, les vapeurs d’eau qui sortent des bouches d’égout et les vieilles sorties d’incendie (dits « hydrants ») sur les trottoirs que nous rencontrons sur notre chemin. Ambiance garantie avec les odeurs de poulet frit venant des innombrables fast food de rue et le flow de bagnole rectangulaire diffusant du Hip Hop au son saturé se mêlant même parfois au si caractéristique gyrophares de la police.
 
 
Du quartier hipster de Williamsburg au plus populaire Red Hook, sans parler des plages à l’ambiance SO 30’S de Coney Island, les coins d’intérêt sont multiples dans cette gigantesque partie de New York. Grâce à la magie des blogs de voyages, un endroit du nom de Bushwick nous intéressait plus particulièrement. Une escale dans notre journée de visite à Brooklyn était donc essentielle. En tant qu’amateurs de marche, nous ne sommes pas arrivés en métro mais à pied pour y pénétrer. Des salons de coiffure au style gangsta jusqu’aux friperies vintages, nous sommes plongés dès nos premiers pas dans l’ambiance Bushwick. Puis, les centaines de fresques colorées sur la majeure partie des buildings s’ouvrent à nous. On ne peut s’empêcher d’admirer chaque mur, faisant de notre ballade un long pèlerinage.
 
 
 
 
 
L’extravagance des œuvres est incroyable, à croire que le fil conducteur est celui du « farfelu ». Je suis subjugué par la créativité et la profusion de productions uniques. « A chaque mur sa folie ».

La riche diversité culturelle du quartier avec les latinos, les italiens et les caribéens se disperse à la perfection sur les peintures murales que nous rencontrons. C’est ce même melting pot qui a transformé ce quartier pourtant si infréquentable il n’y a pas si longtemps.
 
 
 
 
 
L’histoire du quartier

Bushwick était à l’origine un quartier très dangereux. Crime, raquette et trafic de drogue rythmaient la vie des habitants pauvres du petit district de Brooklyn. En 2000, La ville s’inquiète de la montée en puissance de la violence sur ce petit territoire et les politiques décident d’investir dans un programme de réhabilitation intitulé « The Bushwick Initiative ». Puis, un élan entrepreneurial massif venant d’immigrés d’Amérique du sud, d’Europe et des Caraïbes fait émerger de nouveaux commerces ethniques, restaurants éthiques, foods trucks épicés et épiceries du monde. Les artistes de street Art qui était plutôt basés dans le Queens s’installent très rapidement dans un Bushwick beaucoup plus fréquentable, jusqu’à en faire leur playground. Les murs vierges des buildings et usines désaffectées subissent l’assaut des fresques colorées d’artistes comme David Hollier Elle et Claw Money. C'est le mélange d’œuvres contemporaines installées sur des murs encore marqués par une extrême pauvreté qui donne une sensation difficilement descriptible au lieu. Plutôt que d'absorber le passé lugubre historique et triste de Bushwick à jamais dans son ADN, l'art s'y mélange pour offrir un spectacle touchant et inattendu. Aujourd’hui ce petit quartier est un temple, une Mecque du graffiti à New York, aux Etats Unis et dans le monde.